Le Vallon de Toulouse

 » Ce qui fut ne sera plus, alors je m’assois et je me souviens « 

Par Rémy Alacchi – Tous droits, réservés – 2005

1 Reflet d’une époque révolue

Le Vallon de Toulouse : Le Vallon de Toulouze (et non de Toulouse) doit son nom au propriétaire des lieux Etienne Toulouze, qui en 1697 acquit les terrains. L’endroit fut initialement dévolu aux fours à chaux.

Le vallon – 2005
Traverse Regny – 2005

Ancien chemin de Cassis. Un des seuls vestiges de l’ancienne desserte du quartier. Il longeait jadis les grandes propriétés et permettait de se connecter au village du Cabot pour rejoindre le Redon et enfin la Gineste. Nous pouvons observer sur les photos les murs de délimitation et les entrées secondaires des riches bastides mitoyennes du chemin.
En arrivant de Sainte Marguerite, le promeneur pouvait au siècle dernier apercevoir La bastide Entremont – la bastide Grand Pré -Les Trembles – Solvert La campagne Fémy.


Traverse Régny : ex chemin de Duprat
Du nom du propriétaire des terrains (13 hectares en tout) dans les années 1830. De l’ancien chemin de Cassis, il était possible d’emprunter la Traverse Regny qui jouxtait les terres immenses de Grand Pré pour rejoindre la traverse Pelissier sur la gauche ou aller tout droit pour admirer le magnifique portail de la bastide La Maurelle.

2 Les bastides de Vallon de Toulouse :

Sources   Les bastides de Sainte Marguerite, Henri Luppi, Comité du vieux Marseille,

Ancien pilastre de la grille d’entrée

LA BASTIDE L’ETOILE : L’entrée de la propriété se situait sur le chemin du Vallon de Toulouse, les magnifiques pilastres qui en ornaient l’entrée sont d’ailleurs toujours visibles sur la gauche du « Clos de palmiers »

Une fois la grille passée, une allée des platanes (toujours visibles en bordure du stade Vallon de Toulouse) conduisait le promeneur jusqu’à la bastide. Celle-ci se nommait jadis « campagne Pastoret » elle appartenait à Joseph – Tancrède Pastoret vers le milieu du XIXème siècle. Luppi, l’historien des bastides nous apprends que Mr Pastoret était ancien négociant et fabricien de l’église Sainte Marguerite (administrateur de la paroisse). La bastide avait appartenu avant lui au Sieur Gabriel Mossé, ingénieur au corps Impérial des Ponts et chaussées.



La bastide vers 1950 –

En remontant dans le temps, nous découvrons que Mr Mossé l’avait acquise en 1813 auprès d’un tailleur d’habits nommé Victor Marquis.
La bastide initiale comprenait trois bâtiments dont un de maître, ceux-ci ont été démolis en 1856 pour faire place à la bastide classique que nous apercevons sur la photo. Le terrain couvrait une superficie de 16 carteries (3 hectares) comprenant vignes, arbres fruitiers et oliviers.


La bastide vers 1950


Après avoir appartenu à la famille Pastoret pendant tout le XIXème siècle, la bastide fut vendue en 1888 par un courtier Jean-Anthoine Stalla décédé en 1924 et à son épouse née Bourdillon.
La famille Stalla-Bourdillon semble avoir été la dernière à posséder la bastide. La ville rasa la maison et racheta les terrains en 1970 pour y bâtir le collège Vallon de Toulouse.

Bastides voisines au XIXème siècle –La Maurelle – Campagne Fémy – Grand Pré – Maison Blanche – Sainte Emilie des Tilleuls – Saint Joseph (Campagne Rossolin) – Campagne Pastré (Tour de Tassy) – la Suzanne – Le Val des Bois – Valvert – La vieille Bastide – Campagne du Bon Pasteur – La clairière – Campagne Dravet Campagne Estrangin –  La Mignonne – La Sauvaire – Val beaux Cèdres Historique prochainement

3 Nostalgie – Le vallon disparu

Ancienne ferme Traverse Regny
chemin Vallon Toulouse – face au Dia (notez l’ancien grenier à grains au premier plan)
Ancienne ferme chemin Vallon Toulouse