La chapelle de Sainte Croix

Par Remy Alacchi et Pierre Bonneil – avril 2001 – @ Tous droits réservés

Source Alfred Saurel, Dictionnaire des villes, villages & hameaux du département des Bouches-du-Rhône, Marius Olive, 1878
Abbe Cayol, histoire du quartier Saint Loup, 1866

Des ruines toujours visibles de l’ancienne chapelle de Sainte-Croix culminent à 310 mètres (à l’emplacement actuel de l’antenne de Radio de la protection civile).
Faisons un bref récapitulatif de son histoire.
En l’an 1645, d’après les anciennes archives de la paroisse de Saint-Loup, on disait encore les messes les dimanches et fêtes dans la Chapelle de sainte-Croix. Les recherches imputent la construction de cette chapelle aux moines de Saint Victor, car le seul un chemin qui y menait était sur les terres de Saint tronc et leur appartenait.
L’accès à la chapelle fut interdit par l’évêque en 1710 et sa destruction fut totale à la révolution.
De nouvelles recherches sur le terrain nous éclairent sur l’empreinte chrétienne qu’a laissé dans nos chères collines la présence de cette chapelle.

Le Mont de Sainte-Croix est la colline qui surplombe la résidence Castelroc haut. Contrairement à certaines idées reçues qui lui ont attribué le nom de Rouvière ou de Saint Cyr. Le chemin de procession qui menait à la chapelle Sainte-Croix est encore visible sur le versant de la carrière Ribotta ainsi que sa variante qui part de l’actuel stade de foot. Ce sentier de procession cheminait en zigzag sur la crête partant à gauche des fours à chaux.
Une partie, non recouverte par la végétation composée de marches stabilisées en calade et bordure nous permet de comprendre le tracé sinueux du chemin qui menait à la chapelle. Les nombreux virages de la voie d’accès vers le sommet s’expliquent par la nécessité de permettre aux ânes et aux mulets qui transportaient les fidèles invalides de parvenir au sommet sans avoir à affronter de face la forte déclivité. On peut aussi penser rapprocher la sinuosité du sentier au symbole du Christ montant vers la crucifixion.
Au sommet de la roche blanche calcaire qui compose la crête de Sainte-Croix, on peut lire des inscriptions gravées qui attestent les pèlerinages. Voici la plus nette :  » Timon-David, l’année 1776, à ces deux fils « 
Plus au Nord, on peut trouver les points d’ancrage toujours visibles de l’ancienne chapelle. D’après nos recherches, on peut dire que la chapelle était bâtie à même le roc et sans fondation. Les murs étaient fait de pierre de calcaire et de chaux. La toiture supportait des tuiles artisanales collées à la chaux et vernies sur la face extérieure. De nombreux fragments de tuiles et de mortier ont d’ailleurs été retrouvés récemment au somment de Sainte-croix.

Par Remy Alacchi et Pierre Bonneil – avril 2001 -Tous droits réservés
A suivre…