Saint Loup – Le parc des Bruyères

Par Rémy Alacchi – Tous droits réservés

la bastide et son belvédère ajouté début XX ème siècle

Histoire de la bastides Les Bruyères : Entrée du parc des Bruyères.

Suivons l’ouvrage de référence sur les bastides de Saint Loup . Henri Luppi – Saint Loup et ses bastides, comité du Vieux Marseille, 1988

La bastide initialement la propriété du docteur Antoine-Magloire Brengues à partir de 1850. Elle passa ensuite par mariage aux mains de Charles Castanié puis fut transmise aux enfants, Julie Cambon et Joseph Castanié, notaire. C’est au début du XX ème siècle que fut rajoutée la tour carrée ou belvédère . Le domaine fut racheté par la ville aux alentours de 1985 ce qui permit l’entretien et la préservation de la pinède.

Les Bruyères – le belvédère
L’ancien puit de la Bastide. La Présence des platanes alentours laisse à penser que l’eau est ici partout présente

La ferme :

Certainement une étable comportant une à deux vaches qui pouvaient paître dans le champ en contrebas

La ferme : Une intense activité agricole. Outre une possible laiterie, la présence des restanques plus haut laisse à penser à une culture de l’olivier.

Sur le côté de la ferme, une rampe d’escalier dans la roche et encore visible creusée jadis par le paysan laisse à penser à une activité fréquente entre le haut et le bas du vallon.

Les restanques pour la culture de l’olivier le commerce de l’huile d’olive

En contrebas des restanques. Cet ouvrage est difficile à dater et à identifier. Peut-être une glacière.

Restanques définition

Restanque est la francisation du provençal restanco (en occitan normalisé restanca), terme employé en basse Provence et désignant au sens propre un mur de retenue en pierres sèchesparementé sur les deux côtés, barrant le lit d’un torrent intermittent pour provoquer un atterrissement en amont (tout en laissant passer l’eau) et créer ainsi une terrasse de culture permettant des cultures dans des endroits escarpés.

Source wikipédia

Entrée par le puits de Lierre. Ancien ruisseau

Nous apercevons assez distinctement sur la photo la coulée verte a droite. Vestige d’un ancien ruisseau, jadis vigoureux au vu de la profondeur du lit, et qui devait devaler depuis les collines.

Gorge Noire

Histoire bastide Gorge Noire :

D’après Henri Luppi ( Saint Loup et ses bastides, Comité du vieux Marseille, 1988 ) la bastide fut transformée en maison de retraite des cheminots en 1935. Le chemin qui y mène avait d’ailleurs été rebaptisé  » Chemin des cheminots  »

La bastide avait auparavant appartenu à Monsieur Barthélémy Badetty dans la deuxième moitié du XIX ème siècle. Henri Luppi précise que la maison Badetty était spécialisée dans le commerce d’huile et de graine depuis le début du siecle. Par la suite, la bastide passa vers 1908 au main de l’ingénieur Henri de Martialis de Comstans. Plusieurs propriétaires se succèdent jusqu’en 1935

Gorge Notre – Photo PL Deluca et Rémy Alacchi – 1997 – Tous droits réservés

Henri Luppi nous apprend enfin qu’il existait au sommet de Gorge Noire une grotte assez considérable avec avec stalactites et que les anciens avaient appelé  » Baoumo Poudrièro  »