Les bastides disparues des Grands Pins – La Candole ou campagne Allione

En 1975 alors que je venais d’arriver à Saint Tronc, mes jeux d’enfants me conduisirent un mercredi vers les Grands Pins à l’emplacement actuel de la Résidence au nom éponyme. L’ endroit était à l’époque sensiblement différent et bien moins urbanisé qu’aujourd’hui. Le quartier sortait à peine de son passé agricole, de nombreux terrains vagues ceinturaient les immeubles.

Les légendes locales racontaient que nombres de fermes existaient à cet endroit. J’avais du mal à y croire du haut de mes huit ans car je ne percevais pas encore les mutations urbanistiques profondes qu’avait connu marseille en quelques années

C’est à cette époque que germa en moi cette passion pour l’histoire qui occupe encore aujourd’hui une grande partie de ma vie intellectuelle.

Saint Tronc 1950. En bas, au premier plan l’actuelle école Casteloc . Les platanes que l’on aperçoit existaient encore il y a 10 ans . Le chemin blanc que l’on devine est celui qui descendait du château des roches. il suit à peu près le même tracé que la route actuelle. L’on aperçoit également un petit sentier qui part sur la droite et qui mène à la campagne Allione. La campagne de 3 hectares attenante est visible en contrebas

Suivons à présent notre indispensable cicérone, Henri Luppi ( Les bastide de Saint Loup , comité du Vieux marseille )

Les anciens parlaient souvent de la laiterie de la campagne Allione qui se trouvait à l’extrémité de la traverse Chevalier. Celle – ci a laissé la place à la résidence des grands Pins au début des années 70

Remontons les siècles . La propriété était le bien du sieur Pierre Balthazar Chanet dans le 1er quart du siècle dernier. A sa mort en 1837, sa veuve herita des terres et de la bastide. H Luppi nous apprend que par la suite , les legs successifs profitèrent au Sieur Nicolas Riolfo.

Nommée la Candole ( Du latin candela – chandelle , certainement du fait de sa position élevée ) la bastide fut ensuite vendue par la fille Riolfo à Monsieur Joseph Rouvier, leur voisin en 1897.

Citons Henri Luppi  » Ce dernier s’ en dessaisie à son tour au profit de Monsieur Allione dans la première moitié du 20e siècle et la campagne devint Allione  »

Prochainement une photo plus saisissante encore de la bastide et de ses terres

Remy Alacchi – Octobre 2021 – Tous droits réservés