Les belles demeures XIX ème – Maison blanche

Par Remy Alacchi – Tous droits réservés

Parte I : Maison Blanche : Ancien chemin de Saint Tronc

Introduction : CARVILLAN Au IX éme siècle de noter ère, CARVAILLANUS AGER » était une villa importante située dans une terre situé au- delà des rives de l’Huveaune. Cette villa, propriété des moines de Saint Victor fut offerte par un seigneur du nom de SIGOFREUS Ce nom CARVILLAN demeura dans l’inconscient collectif , il désignait selon Alfred (La banlieue de Marseille, 1878 Editions Jeanne Laffitte ), des terres incluants « le château Berger, la campagne Pastré, le lotissement Fémy. Les autres sections de CAVAILLAN s’étendaient sur la rive sud -est de l’Huveaune, (De l’actuel Parc Dromel, à la Sauvagère et jusqu’à l’actuel Pont de VIVAUX)
Le morcellement au fil des siècles des terres de Carvillan a donné naissance aux quartiers de Ste Marguerite et Saint Tronc ( Nous en parlerons lors d’un prochain article )

LE PARC DE MAISON BLANCHE : La luxuriance de cet endroit est probablement due à la présence souterraine d’une nappe phréatique, lieu de stockage des multiples sources qui dévalent depuis la colline. La naissance d’une résidence privée à cet endroit doit être très ancienne, si l’on en juge par la taille des platanes, plusieurs fois centenaires. Mes recherches s’axent à ce jour sur la présence probable d’une confrérie religieuse, non loin de là, car l on sait que les moines de Saint Victor possédaient, des terres nommées « Carvillan  » Une chartre du 23 avril 1040, imprimée dans le cartulaire de St Victor sous le n° 52 renferme cette phrase – Ego, Wicherius do dono ….aquilid de proprietate mea, id Sarturano, in Arcolas, in Centrones, in plomberas » Moi, Wicherius je donne une partie de mes biens qui se trouvent.. dans un quartier habité par les Centrones

 GENESE DE LA BASTIDE : Cette vaste bastide de 8 hectare était au tout début du XIX em siècle le bien de Mr Jean Baptiste Mouger , La maison comportait deux bâtiments dont la bastide niché au milieu dun domaine complanté de vignes , oliviers et divers arbres fruitiers et feuillus. En 1821, son propriétaire s’en dessaisit au profit d’un fabriquant de cotonnades imprimées, Mr Michel François Duclo qui deviendra par la suite Marguillier et trésorier de l’église Sainte Marguerite. Il prêtera même un orgue à la paroisse. A sa mort, la bastide devient le bien de Mr Flotte-Montauban , officier de cavalerie qui la revendit dés 1840 à un fabriquant de savons , Gaspar Paban, lequel s’en dessaisit dés 1846 au profit de David Cohen de Léon, rentier et ancien armateur. C’est lui qui fit construire la bastide telle que nous la connaissons aujourd’hui et qui la nomma Maison Blanche. Certaines sources difficilement vérifiables formulent l ‘hypothèse que Mr David Cohen de Léon fut le père adoptif d’un homme qui allait faire parler de lui pendant la guerre de 1914 -1918 et surtout pendant la débâcle de 1940, Le général Weygand. i Elle appartint ensuite au Sieur Edouard Meyer, négociant en métaux. Il la loua en 1894 à Mr Demetrius Caramano. Puis la bastide devint le bien de Monsieur Emile Ferdinand Angst , négociant rue Mongrand, Vice Président du conseil d’administration de la CIE Nationale de navigation , ancien vice -consul du Brésil , consul de la fédération Helvétique. Mr Angst légua la bastide à son fils Georges qui la vendit à la ville en 1978. Un fonctionnaire de la municipalité l’occupa jusqu’en 1983 où la bastide devint Mairie du 9 éme et totalement ouverte au public
      

Sources : Les bastides de Sainte Marguerite, henri Luppi, Comité du Vieux Marseille, 1983    

PARTE II : Le mystère Weygand

Le Général Weygand Point de départ – Maison blanche En 1846 Mr David Cohen de Léon, rentier et ancien armateur fait construire la bastide telle que nous la connaissons aujourd’hui et la nomma Maison Blanche .
Maxime Weygand : Général -Ministre et Académicien
Né à Bruxelles, le 21 janvier 1867. Les origines familiales de Maxime Weygand sont obscures, et certains avancent qu’il aurait pu être enfant naturel du roi des Belges, Léopold II, ou de la princesse Charlotte, veuve de l’Empereur du Mexique, Maximilien
Plusieurs sources difficilement vérifiables avancent l’idée que Maxime Weygand ait été adopté par Mr David Cohen de Léon, propriétaire de la bastide Maison Blanche. Il semble vraisemblable de dire que le futur général a vécu quelques temps à Maison Blanche car l ‘on sait qu’il entreprit une partie de ses études à Marseille avant de partir à Paris au lycée Louis le Grand ( Biographie – Source de l ‘Académie Française )

Source annexes : Wikipédia

A

 HISTOIRE DE LA BAST IDE MAISON BLANCHE