Saint Tronc – Personnages illustres du passé

Maruis Cabasson

Joseph-Marius Cabasson


Joseph-Marius Cabasson est un peintre peintre aquarelliste provençal, né le 20 décembre 1841 à Marseille (Saint-Loup), mort dans la même ville le 4 août 1920[1].Joseph-Marius Cabasson

Image dans Infobox.

Descendant d’une ancienne famille provençale, avant la Révolution, les Cabasson exploitaient un grand jardin maraîcher sur les bords du ruisseau des Aygalades ; ils faisaient partie de la paroisse des crottes et payaient la dîme au clergé.

L’arrière-grand-père de Joseph Cabasson, Joseph-François Cabasson devint contrôleur du moulin de Saint-Loup après avoir été ruiné subitement (il s’était porté caution pour un ami). Il était attaché à la surveillance de l’entrée et de la sortie des marchandises et c’est dès lors à Saint-Loup que se reconstituera rapidement la fortune des Cabasson.

Son grand-père, Joseph Cabasson, apprit le métier de cordonnier et devint un maître-artisan aisé. La grand-tante du peintre qui tenait un bureau de tabac eut la chance de servir les soldats de l’armée d’Italie à leur passage et cette aubaine la classe du jour au lendemain parmi les nouveaux riches. Cette « tante Fine » lèguera toute sa fortune à son petit neveu Joseph Marius qu’elle chérissait (elle n’avait pas eu d’enfant et il était orphelin de mère).

Lorsque Joseph-Marius naît à Saint-Loup, cela fait plus d’un demi-siècle que les Cabasson ont quitté les Aygalades. Ils ont fait l’acquisition d’une grande propriété située entre Saint-Tronc et Saint-Loup dans laquelle se trouvait un moulin à huile.

Sa mère, toute jeune, meurt en le mettant au monde, il était son premier enfant

Il épouse le 26 novembre 1868 Rose-Marie Pignatel qui lui donnera dix enfants (Madeleine, Marie, Jules, Thérèse, Pierre, Adolphe, Adrien, Nathalie, Joseph, Émile).

De son mariage à sa mort, il vivra la vie d’un véritable bénédictin : n’aimant que son intérieur, il passera toutes ses journées au travail. Son œuvre est considérable. Toute sa vie, il porte sur lui un sachet de sel béni, afin d’avoir toujours à l’esprit la citation de l’Évangile : « vous êtes le sel de la terre ».

Ses trois fils encore vivants sont mobilisés en 1914 :

  • Pierre, lui-même père de huit enfants, est rapidement ramené à l’arrière,
  • Adrien, curé de Roquefort-la-Bédoule, après avoir fait toute la campagne est démobilisé à Bruxelles en février 1919,
  • Émile, le dixième de la fratrie, téléphoniste, est fait prisonnier au combat du Mort-Homme au cours de la bataille de Verdun et meurt le 2 mars 1917 à Stenay dans les tranchées allemandes.

Le 4 août 1920, Joseph Cabasson meurt à Marseille.

Il venait d’achever sa dernière œuvre, un portrait du saint curé d’Ars (visible au presbytère-musée d’Ars)

Son fils l’abbé Adrien Cabasson est également un peintre reconnu (fondateur du studio d’Arta Sacré Humilis ainsi que, avec Louis-Matthieu Verdilhan de l’Académie d’Allauch).

Joseph Cabasson est l’arrière-grand-père du caricaturiste et peintre Pinatel

Source Wikipedia : Article en entier

RemyAlacchi
  • RemyAlacchi

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *